Le deuil est infiniment anxiogène. Un véritable déchirement s’opère en vous sans pouvoir le maîtriser. C’est un tourbillon de sentiments qui se déchaîne à l’intérieur. Votre peine est à son paroxysme.

 

Je n’en peux plus, je veux que ça s’arrête !

 

Avant de vous précipiter sur les antidépresseurs, lisez attentivement ces 9 astuces pour stopper vos souffrances. Je vous propose en plus des exercices faciles à réaliser en peu de temps.

Le cerveau est extraordinaire, puissant. Le mécanisme de souffrance est le mode de défense de notre corps face au choc.

J’ai une bonne nouvelle pour vous.

Vous pouvez aider votre cerveau et votre corps dans ce processus. Vous aussi êtes extraordinaire et vous possédez un pouvoir magique, celui du choix.

Vous êtes maître de notre vie et elle vous appartient, vous avez le choix de ne plus souffrir.

“Super Julien, me direz-vous, mais je n’en suis pas là du tout. Je suis en peine, la douleur est trop vive pour que je reprenne le dessus !!”

Vous avez raison, on ne peut éliminer le chagrin d’un coup de baguette magique. La solution réside dans les petits pas.

Un pas après l’autre à votre rythme, vous atténuerez la souffrance.

icone check Les étapes du deuil, comment surmonter un deuil ?

Une femme pleure de souffrance

Astuce n°1 : La respiration

La respiration est sans nul doute la méthode la plus facile à faire. Vous n’avez besoin de rien ! Elle est méconnue ou peu pratiquée en réalité. Faire un exercice de respiration ou plusieurs fois dans la journée, vous permet de réguler votre coeur et de mieux oxygéner votre corps.

Vous pourrez vous reconnecter à vous-même et écouter vos sensations et émotions. Ainsi, vous allez mieux comprendre ce qui se passe en vous.

 

5 minutes de respiration par jour diminuera vos tensions

 

Exercice pratique de respiration :

Isolez-vous 5 minutes, prévenez les personnes de la maison que vous ne voulez pas être dérangé.

Commencez par prendre une grande respiration par la bouche ou le nez puis soufflez tout d’un seul coup. Une expiration tonique et sonore donnera de meilleurs résultats.

Imaginez toutes les choses noires qui sortent avec votre souffle. Évacuez de votre corps toutes les pensées noires.

Recommencez 4 fois.

Puis reprenez une respiration normale, pendant une minute et fermez les yeux.

Au bout d’une minute, prenez une grande inspiration de 4 secondes jusqu’à gonfler à plein vos poumons puis expirez pendant 4 secondes en continue.

Ne retenez pas votre respiration entre l’inspiration et l’expiration.

Choisissez ce qui vous convient le mieux, par le nez ou la bouche ou un mix des deux.

L’idéal est de respirer avec le ventre, gonflez et dégonflez votre ventre à l’inspiration et à l’expiration. Entraînez-vous, c’est assez facile d’y arriver. Cette respiration ventrale est plus efficace que la respiration du torse. Elle oxygénera bien mieux votre corps.

Une fois terminé, comment-vous sentez vous ? Notez vos sensations.

icone check Envoyez des SMS de condoléances

Astuce n°2 : Libérez vos émotions

Les émotions provoquent des tensions internes qu’il est bon de libérer.

Selon le psychologue Paul Ekman, il existe six types d’émotions : la joie, la colère, la peur, la tristesse, la surprise, le dégoût.

Quand on perd un proche, c’est surtout la tristesse et la colère qui apparaîtront.

La tristesse est provoquée par la perte et un sentiment d’impuissance. Vous ressentez dans ce cas une baisse d’énergie et de motivation.

La colère quant à elle, est une réaction de protection face à un sentiment d’injustice ou à l’atteinte de son intégrité physique ou psychologique.

 

Pour votre santé, libérez votre tristesse et votre colère

 

Une étude à été menée sur le sujet. On a fait passer un film triste à des personnes.

Il est apparu que les personnes ayant pleuré pendant le film retrouvent leur état émotionnel d’origine au bout de vingt minutes contrairement aux personnes ayant peu ou pas pleuré qui se trouvent toujours triste.

Libérez-vous ! Garder ses émotions enfouies n’est pas une solution, et même à terme cela pourrait avoir des conséquences sur votre propre santé.

 

Exercice pratique de libération émotionnelle :

5 minutes par jour, faites sortir votre colère, hurlez, écrivez, parlez, communiquez avec des personnes proches et de confiance. Autorisez-vous à être en colère. La colère fait partie du processus de deuil. Vous avez le droit d’être en colère. Extériorisez-là !

Sur le même principe, autorisez-vous à exprimer votre tristesse.

Prenez une photo de la personne décédée que vous regarderez (aller courage), et laissez-vous aller à verser des larmes. Si besoin, isolez-vous.

Astuce n°3 : Dire tout ce que l’on a sur le cœur à la personne décédée ou mourante

Sur le même principe que la libération d’émotion, exprimez vos sentiments (peine, chagrin, déception, contrariété, fureur, hostilité)

 

Exercice pratique : Écrivez une lettre.

Écrivez tout et sans retenue comme si vous vous adressiez directement à la personne décédée.

N’oubliez rien, les souvenirs, les joies, l’amour, les rancœurs, les haines, les peines. Octroyez-vous un maximum de 30 minutes par jour. La régularité vaut mieux que l’intensité.

icone check Pour aller plus loin, allez lire l’article comment surmonter un deuil ?

Un homme assis sur une pierre se tient la tête dans une main et pleure

Astuce n°4 : Entourez-vous des personnes qui comptent pour vous

Le but de cette étape est de se sentir soutenu, de partager ensemble. D’avoir un moment d’évocation des souvenirs de la personne décédée. C’est l’occasion de dire à ceux qui sont là, à quel point on les aime. Ne sous-estimez pas le pouvoir de l’amour.

 

Répandre l’amour autour de vous et absorbez ses effets

 

Aussi, pensez à demander de l’aide (Démarches administratives, tâches quotidiennes..etc)

 

Exercice pratique de (re) sociabilisation :

Voyez, appelez ou écrivez 1 fois par jour à une personne de votre choix. Demander de l’aide, une présence. Parlez avec votre entourage. Si parfois on en a besoin, s’isoler n’est pas une solution à long terme.

Astuce n°5 : Pensez à vous en premier

Dans l’euphorie de la journée, vous n’avez pas une minute à vous. Le travail, les devoirs des enfants, le repas du soir, le rangement, les papiers administratifs. Bref, vous n’avez pas le temps.

Le but est justement de prendre le temps. Un temps pour vous. Parce que dans la vie de famille, la vie professionnelle, vous comptez !

 

Un instant ne faites plus les choses pour les autres mais pour vous

 

Exercice pratique du temps pour soi :

Dites à votre entourage que vous prenez le temps de faire quelque chose qui vous plaît. Et faites cette chose à laquelle vous tenez. Dans les premiers temps, si cet exercice est difficile pour vous, commencez par quelque chose qui ne prend que quelques minutes.

 

  • Allez boire un verre avec des amis.
  • Faites les magasins pour acheter ce pull qui vous fait de l’œil.
  • Lisez ce livre qui prend la poussière sur votre table de chevet depuis des mois.

Astuce n°6 : Ne pas se prendre la tête pour des futilités

Prenez du recul face aux évènements. Non seulement, vous vivez un deuil, de plus ce matin, vous vous levez et bam, un pneu crevé. Vous arrivez au boulot et bam, Gérard est malade. Vous devez donc assumer sa charge. Sans compter que les notes de votre fils baissent.

Enfin bref, ça déborde de partout.

Déjà les petits tracas, tel que le pneu oui c’est embêtant, mais relativisez ce sont des choses qui arrivent. Ça nous arrive tout le temps et tous.

 

Prenez du recul, faites un grand pas en arrière vis-à-vis des événements

 

Prenez un problème, une difficulté après l’autre. La vie n’est qu’une suite de résolution de problèmes. Vous avez remarqué ça ? Et traitez chaque problème un à un et jusqu’au bout.

 

Exercice pratique la hiérarchisation des problèmes :

Qu’est-ce qui m’impacte ou m’importe le plus ? Qu’est-ce qui à faire le plus rapidement ? Croisez ensuite ces deux questions pour savoir quoi faire et quand.

Cela donne

  1. Important et urgent
  2. Important et non urgent
  3. Non important et urgent
  4. Non important et non urgent

Traitez dans l’ordre les problèmes du numéro 1 au numéro 3, oubliez simplement le numéro 4. Si ce n’est ni important ni urgent alors éliminez-les de votre liste.

Astuce n°7 : S’éloigner des mauvaises personnes

Faites le tri dans les personnes que vous côtoyez.

 

Vous avez le droit de dire non, même à vos amis

 

Exercice pratique choisissez vos amis :

Ne répondez plus aux personnes qui vous agacent, avec qui vous ne passez pas un bon moment. Les personnes négatives et celles qui critiquent les autres (il y a de fortes chances qu’elle vous critique aussi, et oui !)

Astuce n°8 : S’aérer l’esprit

Que ce soit par le sport, les loisirs. Faites-vous plaisir !

Adoptez une activité que vous ferez régulièrement.

Le sport à des vertus sur la santé, le bien-être. Vous penserez à autre chose et votre stress diminuera, vous gagnerez également en confiance en vous.

Les loisirs dans une moindre mesure ont aussi leurs vertus. Ne les négligez pas.

 

Exercice pratique : Vous savez déjà quoi faire !

Astuce n°9: La visualisation

La visualisation est un exercice puissant, pas facile à faire, je vous l’accorde. Je vous le mets tout de même parce que je crois fondamentalement à ses bienfaits.

Le cerveau à peur de ce qu’il ne connaît pas alors on va ensemble décrypter un peu tout ça.

On va lui montrer ce que l’on peut être et devenir.

 

Exercice pratique de visualisation :

Vous allez vous isoler, ne serait-ce que 10 minutes, c’est bien. Vous obtiendrez de meilleurs résultats par la régularité que par l’intensité. Si vous n’y arrivez pas au début, ne vous découragez pas.

Vous allez fermer les yeux et imaginer votre futur. Votre futur idéal à l’instant.

Dans ce futur, il n’y a que vous. L’être aimé qui est parti n’en fait pas partie (oui, c’est dur) et ne doit pas apparaître à quelconque moment. Même s’il n’a qu’un rôle passif.

Commencez par imaginer le lieu où vous aimeriez être. Une maison, un pays, une région. Cela peut être aussi simple que dans mon canapé avec une musique que vous aimez bien. Ressentez le bien-être que cela vous procurerait.

Vous pouvez ensuite imaginer un loisir qui vous ferait plaisir et vous voir le faire. Vous aimeriez dessiner ? Alors, imaginez-vous le crayon à la main en train de dessiner ce superbe bateau que vous avez vu hier. Voyez-vous réussir ce que vous êtes en train de faire.

Cela peut être n’importe quoi, vous pouvez faire la même chose pour le travail, un divertissement, un voyage.

 

Ne vous interdisez rien du tout, même si c’est loufoque, irréaliste

 

Pour vous aider, il y a bien quelque chose que vous avez toujours rêvé de faire et que vous n’avez pas encore fait. Alors pensez-y avec puissance, voyez vous dans l’action et ressentez ce que ça vous procure.

Notez cette visualisation et écrivez ce que vous avez ressenti. Par exemple : Je me voyais jouer de la guitare sur la scène du Stade de France. Les spectateurs criaient mon nom les mains tendues vers moi.

 

Bibliographie

(Lien affilié)

Jelle Lemaître, éditions Première partie

Je vous propose le témoignage de l’auteur Jelle, qui doit faire face à la disparition de sa femme. Foudroyée par une forme rare de cancer, il se retrouve veuf à 30 ans avec ses deux enfants.

Dans cette terrible épreuve, il arrive à relativiser et trouver le bonheur. Même s’il se considère toujours en deuil, il arrive à saisir les instants de bonheur que procure la vie.

En conclusion, vous pouvez combiner certains exercices. Par exemple, dites à votre entourage que vous souhaitez faire du sport. Vous combinerez ainsi les étapes 8 et 5.

Nous avons tous nos blessures, du chagrin et une douleur vive quand nous faisons face au décès d’un proche, à la mort d’un être cher.

Faites ces exercices chaque jour ou dès que vous le pouvez diminuera cette torture intérieure et les peines associées.

C’est votre épreuve, ne vous tourmentez pas et ne culpabilisez pas de ne pas avoir la force.

Ces exercices vous soulageront. Ils m’ont aidé quand j’ai perdu mon grand-père il y a cinq ans. Si à quelconque moment vous sentez que vous perdez pied, alors faites-vous aider.

Je préfère ces exercices aux antidépresseurs. Je ne suis pas du tout partisan de la médication. Ce n’est que mon avis, mais ils vous déconnectent de vos émotions.

Vous ne pourrez pas les prendre à vie. Que se passera-t-il le jour où vous les arrêterez ? Vous vous retrouverez à votre point de départ.

Vous êtes extraordinaire, la solution est en vous. Prenez soin de vous et de vos proches.

Julien de Nordtombe